Prix et faits marquants

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)

Colloques

    • 142ème Congrès du CthsCirculations montagnardes, circulations européennes

      Obstacle, frontière « naturelle », opposant nettement, sous ces latitudes moyennes, les versants d’ubac et d’adret (soulane et ombrée), marquée par l’alternance saisonnière de la fermeture et de l’ouverture de ses estives, et – longtemps – de plusieurs de ses cols et ports ...

      Lire la suite

    • Antonio Ferres, la ciudad y el realismo socialSeminario

      Seminario, 13 y 14 de junio de 2018, Saint Louis University Madrid

      Lire la suite

    • Appel à communication - Colloque international TCVPYR Pau

      Ce premier colloque international organisé dans le cadre du programme de recherche FEDER TCV-PYR, s'intéresse au patrimoine thermal et de villégiature de montagne en Europe du XVIIIe siècle à nos jours.

      Lire la suite

Vous êtes ici :

Prix et distinctions

    • 2019 - Prix de l'OIV

      Le 17 juillet dernier à Genève, le Jury International de l’OIV (Organisation Internationale de la vigne et du vin) a primé, dans la Catégorie Histoire, l’ouvrage Les petits vignobles. Des territoires en question (Moyen Âge-XXIe s.), dirigé par Stéphane Le Bras (CHEC - Université Clermont Auvergne) et préfacé par Laurent Jalabert (ITEM - UPPA).

      Publié aux Presses Universitaires de Rennes et Presses Universitaires François Rabelais, les petits vignobles y sont appréhendés par des historiens et géographes depuis la période médiévale jusqu’à l’ultra-contemporain. Cet ouvrage permet de saisir les évolutions, les permanences et les mutations de territoires dont la définition varie sur le temps long. De même, l’approche plurielle permet, par le biais du « petit », de réinterroger et réévaluer le « grand », qu’il s’agisse de la viticulture nationale dans son ensemble ou des grands territoires régionaux (Bourgogne, Bordelais, Languedoc, etc.).

      Cet ouvrage a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche « Petits vignobles aquitains » porté par Laurent Jalabert du laboratoire ITEM de l’UPPA, en collaboration avec Stéphane Le Bras (CHEC - UCA)

      Financé par la Communauté d’agglomération de Pau, la Région Nouvelle Aquitaine (Liquoreux) et des partenaires privés par le biais de la chaire HCP (Vignerons de Buzet, Armagnac Dartigalongue), ce projet de recherche propose d’étudier de petits territoires viticoles du Midi aquitain (Jurançon, Irouléguy, Madiran, Buzet, Tursan), en les comparant à d’autres espaces à l’échelle nationale et internationale.

      Ce programme bénéficie d’un partenariat avec la Chaire UNESCO sur le Vigne et le Vin (MSH de Bourgogne) à laquelle appartient l’Université de Pau.

      La cérémonie de Remise des Prix aura le lieu le mardi 15 octobre 2019 à Paris (18h30, Ambassade du Chili).

       

    • 2015 - Bourse J. P. Hugot

      L’Université de Pau et des Pays de l’Adour et  la Fondation du Patrimoine, en présence de plusieurs élus et acteurs locaux, ont officialisé le 18 juin 2015 la création de la chaire « Histoire Cultures et Patrimoines » (HCP).

      Rappelons que cette chaire thématique d’enseignement supérieur a pour but de soutenir et de favoriser le développement des programmes d’enseignements et de recherche ayant trait aux patrimoines.

      Cette journée du 18 juin 2015 fut également l’occasion de primer Alice Guerville-Ballé, lauréate de l’allocation de recherche J. P. Hugot.

      L’allocation J.P. Hugot, dans le cadre de la Chaire HCP, portera sur un projet de recherche ayant trait à l’histoire des politiques culturelles ou aux problématiques liées aux patrimoines notamment aux politiques de valorisation des patrimoines. L’accent sera particulièrement marqué sur les nouveaux modes de valorisation des patrimoines, par le biais des nouvelles technologies de l’information et de la communication, sans exclure d’autres domaines. Les approches comparatives aux échelles régionales, nationales ou internationales sont recommandées dans le cadre du projet.

      La bourse, attribuée sur présentation des dossiers, par un comité d’experts désigné par le Comité scientifique de la Chaire est financée pour trois ans à hauteur de 90 000 € pour toute la durée de l’allocation.

       

    • 2015 - Prix du livre Pyrénéen

      Le 6ème Salon du Livre Pyrénéen s'est tenu à Bagnères-de-Bigorre les 3 et 4 octobre 2015.

      A cette occasion, Véronique Lamazou-Duplan, Maître de conférences en histoire médiévale à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, a reçu le prix du livre Pyrénéen pour son ouvrage :

      « Signé Fébus, comte de Foix, Prince de Béarn »
      sous la direction de Véronique Lamazou-Duplan, Somogy éditions d’Art, 2014, 224 p.

    • 2013 - Bourse d'études Luc Lacourcière

      La bourse d'études Luc Lacourcière, décernée par l'Association Canadienne d'Ethnologie et de Folklore, récompense chaque année une étudiante ou un étudiant membre de l’ACEF qui a fait preuve d’excellence en ethnologie ou études du folklore, qui a complété sa première année d’études supérieures dans une université canadienne et qui est toujours inscrit aux études dans cette discipline.

      Mathilde Lamothe, doctorante en cotutelle internationale de thèse entre l'Université de Pau et des Pays de l'Adour (laboratoire ITEM EA 3002) en France et l'Université Laval au Québec, Canada (CELAT), est la récipiendaire de la bourse d'études Luc Lacourcière en 2013. Elle a reçu ce prix à l'issue de son séjour universitaire à l'Université Laval, dans le cadre de ses travaux de recherche comparatifs en ethnologie/anthropologie avec une thèse portant sur : « De la neige à la terre battue : approche comparative ethnologique de pratiques sportives - raquettes à neige au Québec et quilles de 9 en France - au prisme du patrimoine culturel immatériel ».

    • 2018 - E-Ambassadeur de Campus France

       

      Depuis 2010, Campus France est l'agence nationale pour la promotion de l’enseignement supérieur français à l’étranger, l’accueil des étudiants et des chercheurs étrangers en France et la mobilité internationale. Elle est sous tutelle des ministères de l’Europe et des Affaires étrangères et de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation.

      Lancé en septembre 2017 par Campus France, le blog des E-Ambassadeurs offre les témoignages d'étudiants étrangers actuellement en séjour d’études en France: arrivée, logement, job, culture, voyages etc.

      Lucas Bwire, doctorant à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour vient d'être nommé E-Ambassadeur et va enrichir cette communauté de blogueurs.

      Diplômé en éducation et lettres à la Kenyatta University au Kenya, spécialisé en histoire et en langue kiswahili, Lucas Bwire arrive en France en septembre 2015. Passionné par la culture et la langue française, il obtient rapidement un master Master 1 en Civilisations et Sociétés et d'un Master 2 en Histoire, Civilisations et Patrimoine à l'UPPA.En 2017, seul au milieu de candidats économistes et scientifiques, il se place second sur la liste d'obtention d'une bourse de thèse du gouvernement français et poursuit aujourd'hui ces études de doctorat en archéologie (intitulé de thèse : Archéologie préventive, l’étude d’impact et la gestion du patrimoine culturel : une analyse comparative de la politique publique entre Kenya et France).

      En 2017, seul au milieu de candidats économistes et scientifiques, il se place second sur la liste d’obtention d’une bourse de thèse du gouvernement français. Membre du laboratoire ITEM EA3002, il poursuit aujourd’hui ces études de doctorat en archéologie (intitulé de thèse : Archéologie préventive, l’étude d’impact et la gestion du patrimoine culturel : une analyse comparative de la politique publique entre Kenya et France).

      « En tant qu’étudiant de l’histoire et du patrimoine culturel, avec la reconnaissance de la langue comme le meilleur outil à la disposition d’un être humain, seul le temps peut limiter ce que je dirai en tant qu’un E-Ambassadeur ».

      Voici son premier billet:  "Gérer votre temps pour réussir vos études en France"

       

    • 2016 - Prix Eusko Ikaskuntza-Ville de Bayonne

      Chaque année, Eusko Ikaskuntza-Société d’Études Basques et la Ville de Bayonne remettent une série de prix afin de récompenser les travaux de recherche et de création qui ont trait au Pays basque, et notamment aux territoires d’Iparralde et de Bayonne, toutes disciplines confondues.

      Cette année, le Prix Culture Basque est décerné à Bertrand Augé et récompense sa thèse d’Histoire moderne qui aborde des problématiques juridiques similaires dans une autre province du Pays basque Nord, les États de Basse-Navarre.

      Prix Culture Basque:
      Bertrand AUGÉ, Les états de Basse-Navarre de 1665 à 1789, thèse de doctorat d’histoire moderne, sous la direction de Philippe CHAREYRE, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2015.

      Résumé de thèse:
      L’histoire de la construction administrative de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles est celle de la mise en place d’un appareil d’État avec, dans les provinces les plus récemment intégrées, le maintien d’une assemblée des représentants des trois ordres, qui gère une partie des affaires du pays notamment la collecte de l’impôt.
      Séparée de sa partie espagnole depuis 1512, la Basse-Navarre a elle aussi conservé, au moment de son union avec le royaume de France en 1620, son assemblée d’États et, surtout, son titre de « royaume ».
      Le premier travail mené dans le cadre de cette thèse a consisté à retranscrire la mémoire des délibérations annuelles de l’assemblée navarraise (dont il résulte un document de 2 600 pages rassemblant 4 700 pages d’archives), depuis le début du règne personnel de Louis XIV jusqu’à la Révolution. Puis, l’étude quantitative et qualitative des textes a mis en lumière un dialogue particulier entre Versailles et la lointaine province. Face aux Bourbons, les représentants navarrais défendent leurs coutumes, leur particularisme, mais aussi leur mainmise particulière sur les affaires de la province.

    • 2015 - Prix Second Empire

      Viviane Delpech, chercheur associée à l’EA 3002 ITEM et chargée de cours au département Histoire de l’art et Archéologie, vient de recevoir le Prix Second Empire 2015 de la Fondation Napoléon pour son ouvrage Abbadia, le monument idéal d’Antoine d’Abbadie, édité par les Presses Universitaires de Rennes dans la collection de beaux livres Art et Société.

      Issu de sa thèse de doctorat d’histoire de l’art, soutenue à l’UPPA en 2012 sous la direction de Dominique Dussol, cet ouvrage doit sa publication au concours de la Société d’Études Basques, de la Fondation Initiatives Jeunes du Crédit Agricole, de la Ville d’Hendaye, de la Banque Michel Inchauspé, de l’UPPA et de l’Institut Culturel Basque. Le Service régional du Patrimoine et de l’Inventaire d’Aquitaine en a assuré l’ensemble de la couverture photographique en missionnant le talentueux photographe Alban Gilbert.

      A la lumière de 25 000 documents d’archives, ces travaux révèlent les secrets de la construction de l’extravagant château d’Abbadia (1864-1884), édifié par les architectes Eugène-E. Viollet-le-Duc et Edmond Duthoit sur un promontoire spectaculaire de la corniche basque, en retraçant la vie extraordinaire de ses commanditaires, l’explorateur savant basco-irlandais Antoine d’Abbadie et son épouse Virginie. Cette thèse se fonde sur le postulat qu’Abbadia, fait à l’image de ses ordonnateurs, est le catalyseur de leurs expériences et de leur vision du monde. Remarquable exemple de l’Éclectisme du Second Empire et du mouvement néogothique, cet édifice superbement restauré et conservé dans son état originel constitue une richissime source d’information pour l’étude de l’histoire de l’architecture, des arts décoratifs et des arts paysagers du XIXe siècle.

      Le Prix Second Empire est attribué par un jury prestigieux composé de professeurs d’université, de spécialistes et de membres de l’Institut de France. La Fondation Napoléon attribue ainsi, chaque année, trois prix, récompensant des chercheurs pour leurs ouvrages, et plusieurs bourses, octroyées à des doctorants afin d’encourager les recherches sur le Premier et le Second Empire. Cette année, la cérémonie de remise des prix et des bourses a lieu à l’hôtel de Beauharnais le 9 décembre en présence de S.A.I. la princesse Napoléon et du président de la Fondation Napoléon, Victor-André Masséna, prince d’Essling.

    • 2016 - Prix Françoise-Claire Legrand

      Les Amis des Eglises Anciennes du Béarn ont attribué le 05 mars dernier le Prix Françoise-Claire Legrand à Julie Gonzalez, ancienne doctorante au laboratoire ITEM.

      Le Prix Françoise-Claire Legrand récompense l’auteure pour sa thèse soutenue en  mars 2015 à l’UPPA « Etude iconographique de la Gueule d’Enfer au Moyen-Age. Origines et symboliques » et son mémoire de master en histoire et histoire de l’art. Ces travaux ont contribué à enrichir la connaissance sur les églises du Béarn.

      A cette occasion, Julie Gonzalez a donné, à la Médiathèque André Labarrère de Pauune conférence intitulée :

       « Monstres et merveilles de l’imaginaire médiéval. Le jeu subtil des formes monstrueuses dans la sculpture romane du Béarn »

      Cette conférence a proposé de parcourir l’imaginaire monstrueux médiéval au travers du patrimoine roman béarnais. Le monstre, être fantastique et figure d’épouvante, fascine autant qu’il inquiète. Des créatures hybrides familières, sirènes, centaures, griffons…, ou insolites, certaines même dépourvues de corps, peuplent nos  églises. Elles sont porteuses d’une symbolique prégnante autour du démon, du péché et de son châtiment. Cette communication a tenté, d’une part, de soulever les mystères qui entourent ces étrangetés par le biais de quelques sources écrites médiévales et, d’autre part, de déterminer les fonctions de l’image du monstre au sein des édifices religieux béarnais dont la diversité demeure exceptionnelle.

      Voir « La République des Pyrénées », article paru le 09/03/2016 (accès réservé aux abonnés)

    • 2017 - Prix du livre pyrénéen

      L' ouvrage "Estives d'Ossau - 7000 ans de pastoralisme dans les Pyrénées (coédition Le Pas de l'Oiseau, PNP, Framespa), sous la direction de Christine Rendu, Carine Calastrenc, Mélanie Le Couédic et Anne Berdoy, vient de recevoir le Prix du livre pyrénéen 2017.

      Remis à Bagnères-de-Bigorre le 30 septembre 2017, ce prix met en valeur "un ouvrage constituant un apport conséquent pour la valorisation ou la connaissance des mondes pyrénéens ou d'un de leurs aspects.

       http://www.salondulivre-pyreneen.fr/?page_id=2705
      Un beau livre, avec une couverture qui sort de l’ordinaire . La qualité matérielle de l’ouvrage est indéniable. Mais le livre n’est pas qu’emballage, il bouleverse par son propos, sa démarche aussi, des évidences sur l’immémorialité des pratiques pastorales.
      Depuis quelques décennies, les estives attirent le regard savant des archéologues qui voient, mettent à jour des traces presque innombrables et souvent fugaces permettant de faire une histoire du pastoralisme. Ici une équipe pluridisciplinaire s’est attachée à explorer dans le temps juste un petit territoire des estives d’Ossau : Aneu.
      Des pratiques d’aujourd’hui, diverses et en pleines mutations, on remonte le temps avec les découvertes archéologiques, les datations au carbone 14 de restes de foyers, les modes de construction des murs. Petit à petit, pierre à pierre, cendre à cendre, ils dessinent des grandes lignes de mutation des pratiques.
      Mais loin de rester une histoire particulière, isolée, ils inscrivent l’estive dans ses relations au piémont, à la plaine, notamment pour l’époque romaine. En présentant aussi des résultats de recherches semblables dans les Vosges, le Cantal ou les Abbruzes, ils montrent que le cas des estives d’Ossau, au-delà de ses particularités, s’intègre dans une histoire plus large, celle du pastoralisme.
      De ce fait, le livre rend compte des connaissances nouvelles sur l’histoire des pratiques pastorales dans les Pyrénées. Il démonte le mythe, largement répandu dans l’ensemble de la population, d’une tradition immuable. Ni en Ossau, ni ailleurs dans les Pyrénées, la conduite des troupeaux, l’utilisation des estives n’ont été identiques à travers les siècles et les millénaires. De ce fait, le livre est un apport dans les débats contemporains sur l’avenir du pastoralisme. Enfin, et c’est peut-être là son plus grand mérite, il aiguise le regard et la pensée.