MARGES

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)
PDF

MARGES. Vivre et gérer les zones périphériquesEstives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen Âge à nos jours

Co-Responsables du programme

  • Alain Champagne (MC en archéologie médiévale et moderne,Université de Pau et des Pays de l’Adour)

 

Présentation

Le territoire de la nouvelle Aquitaine comprend sur ses marges deux zones géographiques particulières, le littoral et la haute montagne. Elles ont chacun de leur côté fait l’objet d’une recherche dynamique.

Les estives pyrénéennes ont été scrutées, notamment la vallée d’Ossau. Dans l’ouest de la chaine pyrénéenne le laboratoire ITEM EA 3002 (Pau) développe des programmes réguliers depuis plusieurs années autour de cette thématique, croisant des explorations archéologiques sur les cabanes de bergers, les parcours, mais aussi une réflexion sur la gouvernance de ces territoires entre une société montagnarde très hiérarchisée autour d’un système maison (etxe ou casal), et la construction d’un anthropo-système, c’est-à-dire d’un paysage totalement construit par et pour l’homme et ses activités. Les terrains explorés sont les vallées de Soule, d’Aspe et d’Ossau.(cf. Pour une histoire environnementale comparée. De la vallée de la Soule à la chaine pyrénéenne).

Sur le terrain des marais littoraux, les grandes tempêtes ont dopé la recherche de ces vingt dernières années. Ces études sont aujourd’hui totalement interdisciplinaires, comme n témoigne le Projet Collectif de Recherche Marais charentais, qui regroupe des chercheurs de tous horizons et associe une approche archéologique de l’occupation humaine des zones humides. (cf. Les marais charentais du Moyen-Âge à l'époque moderne. Economie, peuplement, environnement). Par ailleurs, l’Université de Poitiers porte actuellement un programme de recherche Nouvelle-Aquitaine, l’Atlas Historique de la Nouvelle-Aquitaine, dont les marais charentais sont un objet majeur du terrain d’études « Saintonge maritime ».

Nous proposons alors dans ce projet de rassembler les deux démarches qui fonctionnaient préalablement en parallèle et de les intégrer dans une démarche comparatiste, dans une optique d’histoire environnementale, de géohistoire et d’histoire du territoire, pour les périodes modernes et contemporaines.

 

Objectifs

Si de nos jours, ces milieux sont parfois qualifiés d’ « hostiles », les recherches interdisciplinaires récentes ont renouvelé l’histoire de ces territoires et montré qu’ils ont été parcourus, utilisés et vécus, de manière temporaire ou permanente, depuis la Préhistoire. Les résultats portent en germe un renouvellement complet des connaissances historiques, mais aussi la nécessité d’adapter les modes de gestion et de valorisation du patrimoine de ces espaces dits « naturels », longtemps considérés comme marginaux et incultes. A partir de là, ce projet propose d’observer les réponses apportées par les habitants pour occuper, exploiter et vivre dans ces milieux contraignants de la période moderne à l’époque contemporaine, sur deux espaces : les marais du littoral charentais et les estives des Pyrénées Atlantiques.

Les trois thématiques retenues sont la gouvernance de ces espaces (foncier, accès aux ressources, types de propriétés, instances de gouvernement - communautaires et supra-communautaires -, règlements), le bâti et les habitats (constructions, abri, cabanes, répartition des sites, conditions de vie) et enfin les transformations des milieux en relations aux pratiques et usages évolution de l’environnement). Un dernier volet, transversal, permettra de valoriser les sources et de croiser, analyser et comparer les dynamiques de ces espaces grâce à l’analyse spatiale.

 

Eléments de méthodologie

L’objectif du projet est de choisir deux secteurs tests en montagne (Soule et Ossau) et sur les marais littoraux (Brouage, Rochefort et Seudre) afin de spatialiser (grâce à la mise en place d’un Système d’Information Géographique) ces terrains en fonction de leur statut et de les suivre sur le long terme. Cette approche, par le biais d’une modélisation des données historiques et archéologiques a déjà été explorée sur les territoires de haute montage, en vallée d’Ossau (cf. Estives d’Ossau), mais aussi de manière comparatiste sur toute la chaîne pyrénéenne (réseau DEPART). Le territoire des marais littoraux a lui aussi fait l’objet d’une telle démarche pilotée par Fr. Pouget (plateforme de webmapping). L’objectif est donc de mutualiser ces expériences afin de poursuivre le raisonnement spatial de manière commune. Pour cela, les données (bâti, informations sur le foncier etc) seront géo-référencées et organisées pour intégrer un système d'information géographique. Ce SIG rassemblera des données anciennes et actuelles qui pourront être croisées avec d'autres données spatiales en s’appuyant sur des référentiels cartographiques anciens et actuels. Enfin, ces données seront  déposées pour mutualiser et archivage dans un espace de stockage de la TGIR Huma-num pour leur conservation pérenne.

Thèse adossée

Aurélien Woifflard, Vivre et gérer les zones périphériques : estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine, sous la direction deLaurent Jalabert (PR histoire contemporaine, ITEM, Pau) et Thierry Sauzeau (PR histoire moderne, laboratoire, CRIHAM Poitiers)

Partenaires

Chacun des deux terrains a associé des chercheurs venant de formations très diverses (historiens, archéologues, géographes, anthropologues, géomorphologues, paléo-environnementalistes). Le cœur du projet est composé de membres du laboratoire ITEM (EA 3002 Pau) qui amènera son expertise sur le domaine de la haute montagne et en géomatique et modélisation ; de membres du Criham (Poitiers-Limoges EA 4270) expert dans le domaine des zones humides ; du laboratoire LienSs (Littoral, Environnement et Sociétés – UMR 7266 La Rochelle) compétent en géomorphologie, géomatique et analyse spatiale. La pluridisciplinarité est au cœur du projet, permettant des échanges importants tant sur les méthodologies utilisées que sur les résultats proposés. Ceci se fera en lien avec les acteurs socio-économiques qui gèrent ces espaces (notamment les syndicats). Nous nous interrogeons aussi sur l’avenir de ce patrimoine aujourd’hui à l’abandon dans une optique de valorisation patrimoniale en lien avec les acteurs locaux.

Centre de recherches interdisciplinaires en histoire, histoire de l’art et musicologie (Criham Poitiers-Limoges EA 4270) (Thierry Sauzeau)

LIENSs (UMR 7266 – La Rochelle) (Frédéric Pouget)

Service régional de l’archéologie de Nouvelle-Aquitaine pôle de Poitiers, DRAC Nouvelle-Aquitaine, Ministères de la culture (Eric Normand)

 

 

Acteurs socio-économiques

Association des syndicats de marais

Commission syndicale du Haut-Ossau

Commission Syndicale du Pays de Soule

Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement de Charente-Maritime

Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement des Pyrénées-Atlantiques

Groupe archéologique des Pyrénées-Occidentales

Parc National des Pyrénées

Projet collectif de recherche sur les marais Charentais

Société géographique de Rochefort

Syndicat intercommunal du Bas-Ossau

Syndicat mixte pour la restauration et l’animation du site de Brouage

Union des Marais de Charente-Maritime

 

 Financement

 Ce projet est financé par la région Nouvelle-Aquitaine et les partenaires socio-économiques listés.