2012-2014 Signatures, écritures et pouvoirs autour de Gaston III comte de Foix dit Fébus

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)
PDF
Vous êtes ici :

2012- 2014 Signatures, écritures et pouvoirs autour de Gaston III comte de Foix dit Fébus

 

Programme financé par le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et par le Conseil général de l’Ariège, dirigé par Véronique Lamazou-Duplan.

Il a été conduit avec la collaboration avec Ghislain Brunel, Conservateur en chef aux Archives nationales (Paris), Anne Goulet, Directrice des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (et membre associée d’ITEM), Claudine Pailhès, Directrice des Archives départementales de l’Ariège, Paul Mironneau, Directeur du Musée national du Château de Pau.

Gaston III fait partie des tout premiers princes, derrière le roi de France Jean II, qui signent de leur main, et qui de plus est ne signe pas de son nom de baptême, Gaston, mais du surnom qu’il s’est lui-même choisi, Fébus. Cette signature autographe est accompagnée de marques de validation plus classiques (le sceau par exemple) mais est déclinée en cri de guerre (Febus avant), en marques personnelles, là aussi tout à fait unique, apposée sur les forteresses du comte (Febus me fe), en marques héraldiques et devises ornant ses manuscrits personnels, sur les florins d’or qu’il fait frapper à Morlaas (Phebus comes). L’étude de cette signature et des marques personnelles utilisées par ce prince invite à les regarder d’un oeil nouveau, en pour mieux comprendre la façon dont Fébus a construit et déployé son pouvoir, sa renommée, en croisant les corpus et les méthodologies disciplinaires (études des signatures autographes sur les documents d’archive, des pratiques de l’écrit, héraldique, emblématique, sigillographie, approches philologiques, représentations de soi, champs qui ont été profondément renouvelés depuis une quinzaine d’années.). Ces marques sont envisagées à la fois séparément et dans leur sémantique globale, dans leur intertextualité. Elle a été l’occasion de s’interroger sur le choix, l’usage des signes d’individuation, mais aussi sur les pratiques de l’écrit combinées aux marques personnelles et au pouvoir affirmé souvent comme personnel chez ce prince.

Dans ce cadre se sont tenus à Pau une journée d’étude le 1er février 2013 et un colloque les 17 et 18 octobre 2013. Un ouvrage de prestige, type beau livre d’art, destiné à la fois au public universitaire et au grand public valorise ces recherches  : "Signé Fébus, comte de Foix et prince de Béarn Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus Sous la direction de Véronique Lamazou-Duplan" paru aux éditions Somogy-éditions d’art (Paris), septembre 2014, 224 pages, 150 illustrations, contributions d’une vingtaine d’auteurs.