2016J. Gonzalez, Prix Françoise-Claire Legrand 2016

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)

Colloques

    • Antonio Ferres, la ciudad y el realismo socialSeminario

      Seminario, 13 y 14 de junio de 2018, Saint Louis University Madrid

      Lire la suite

    • Joseph Peyré: un francés de alma españolaHomenaje a Joseph Peyré en el 50 aniversario de su muerte

      Homenaje a Joseph Peyré en el 50 aniversario de su muerte.
      12 de junio de 2018, Madrid, Instituto Cervantes.

      Lire la suite

    • Le citoyen dans tous ses états

      Journées d'étude doctorale, UPPA, 4 et 5 juin 2018

      Lire la suite

PDF
Vous êtes ici :

J. Gonzalez, Prix Françoise-Claire Legrand 2016

Les Amis des Eglises Anciennes du Béarn ont attribué le 05 mars dernier le Prix Françoise-Claire Legrand à Julie Gonzalez, ancienne doctorante au laboratoire ITEM.

Le Prix Françoise-Claire Legrand récompense l’auteure pour sa thèse soutenue en  mars 2015 à l’UPPA « Etude iconographique de la Gueule d’Enfer au Moyen-Age. Origines et symboliques » et son mémoire de master en histoire et histoire de l’art. Ces travaux ont contribué à enrichir la connaissance sur les églises du Béarn.

A cette occasion, Julie Gonzalez a donné, à la Médiathèque André Labarrère de Pauune conférence intitulée :

 « Monstres et merveilles de l’imaginaire médiéval. Le jeu subtil des formes monstrueuses dans la sculpture romane du Béarn »

Cette conférence a proposé de parcourir l’imaginaire monstrueux médiéval au travers du patrimoine roman béarnais. Le monstre, être fantastique et figure d’épouvante, fascine autant qu’il inquiète. Des créatures hybrides familières, sirènes, centaures, griffons…, ou insolites, certaines même dépourvues de corps, peuplent nos  églises. Elles sont porteuses d’une symbolique prégnante autour du démon, du péché et de son châtiment. Cette communication a tenté, d’une part, de soulever les mystères qui entourent ces étrangetés par le biais de quelques sources écrites médiévales et, d’autre part, de déterminer les fonctions de l’image du monstre au sein des édifices religieux béarnais dont la diversité demeure exceptionnelle.

Voir « La République des Pyrénées », article paru le 09/03/2016 (accès réservé aux abonnés)