2016 B. Augé, prix Eusko Ikaskuntza-Ville de Bayonne 2016

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)

Colloques

    • Colloque international "Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance"

      Appel à communication - Programme ANR AcroNavarre

      Lire la suite

    • L'oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques17ème édition

      Du 27/03 au 10/05 - 17ème édition de l’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques!

      Lire la suite

    • L’oeuvre de Jean Copans et les zones critiques d’une anthropologie du contemporain

      Appel à contributions - Journées d’études internationales

      Lire la suite

PDF
Vous êtes ici :

B. Augé, Prix Eusko Ikaskuntza-Ville de Bayonne 2016

Chaque année, Eusko Ikaskuntza-Société d’Études Basques et la Ville de Bayonne remettent une série de prix afin de récompenser les travaux de recherche et de création qui ont trait au Pays basque, et notamment aux territoires d’Iparralde et de Bayonne, toutes disciplines confondues.

Cette année, le Prix Culture Basque est décerné à Bertrand Augé et récompense sa thèse d’Histoire moderne qui aborde des problématiques juridiques similaires dans une autre province du Pays basque Nord, les États de Basse-Navarre.

Prix Culture Basque:
Bertrand AUGÉ, Les états de Basse-Navarre de 1665 à 1789, thèse de doctorat d’histoire moderne, sous la direction de Philippe CHAREYRE, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2015.

Résumé de thèse:
L’histoire de la construction administrative de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles est celle de la mise en place d’un appareil d’État avec, dans les provinces les plus récemment intégrées, le maintien d’une assemblée des représentants des trois ordres, qui gère une partie des affaires du pays notamment la collecte de l’impôt.
Séparée de sa partie espagnole depuis 1512, la Basse-Navarre a elle aussi conservé, au moment de son union avec le royaume de France en 1620, son assemblée d’États et, surtout, son titre de « royaume ».
Le premier travail mené dans le cadre de cette thèse a consisté à retranscrire la mémoire des délibérations annuelles de l’assemblée navarraise (dont il résulte un document de 2 600 pages rassemblant 4 700 pages d’archives), depuis le début du règne personnel de Louis XIV jusqu’à la Révolution. Puis, l’étude quantitative et qualitative des textes a mis en lumière un dialogue particulier entre Versailles et la lointaine province. Face aux Bourbons, les représentants navarrais défendent leurs coutumes, leur particularisme, mais aussi leur mainmise particulière sur les affaires de la province.