Temporalité(s) biographique(s)

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)
PDF
Vous êtes ici :

TEMPORALITÉ(S) BIOGRAPHIQUE(S). Rupture, événement et sensPresses Universitaires de Pau et des Pays de l'Adour

Temporalité(s) biographique(s). Rupture, événement et sens

Sous la direction de Frédéric Bidouze et Abel Kouvouama

Presses de l'université de Pau et des Pays de l'Adour

ISBN : 2-35311-142-4

Collection SSHP, 2022

 

La biographie fascine, la biographie passionne et la biographie dérange aussi.
L’évolution du genre a suscité jusqu’à nos jours de très nombreuses études et révélé à juste titre que l’exercice était un moyen comme un autre, dans la discipline historique, d’appréhender le temps et le sens de l’événement, entre la réalité et la fiction. Ce sens « biographique » entend expérimenter un autre champ épistémologique, celui d’une trajectoire humaine, comme il en est des sociétés, des communautés et des nations, au fil du temps. Le travail collectif réalisé dans cet ouvrage a pour objectif de faciliter les approches en termes de croisements, de décrochements entre des destins communs qui deviennent par eux-mêmes singuliers, identifiés à des engagements qui font tant pour la postérité, la légende noire ou dorée non seulement de l’individu et de sa trajectoire, mais également du monde qui les entoure. Les différences de constructions sociales et politiques entre les aires géographiques, comme dans ce volume où la France côtoie à la fois l’Afrique et un ex-pays communiste comme la Roumanie, méritent d’être soulignées.


L’ontologie d’un tel sujet est dans l’interactivité des notions comme dans celle du rapport auteur/sujet, au cœur des convictions de chacun, comme de la tension exercée. S’agissant de l’intimité d’un parent proche (Simona Ioan-Corlan), de la connaissance experte de parcours politiques au sein des partis, au gré d’événements majeurs et connexes (Laurent Jalabert et Bernard Lachaise), du rapport à la littérature et à la biographie généalogiques (David Diop), de la cassure interprétative avec irruption des émotions comme modalité des choix forts (Pierre Courroux), de la charge symbolique d’une prophétesse dans l’histoire, passée et à venir (Abel Kouvouama) et, enfin de l’irréductibilité de la réécriture de l’histoire qui doit nous détourner de tout récit héroïque (Frédéric Bidouze), tous les articles interrogent sur le sort réservé à la postérité des individus. Ce qui ressort de ce volume croisé de parcours de vie à travers des expériences territoriales, temporelles et idéologiques différentes, c’est la part commune qu’on peut en tirer.