ITEM - Identités, Territoires, Expressions, Mobilités


2014 Publications

La mémoire de la Première guerre mondiale dans les Pyrénées-Atlantiques

Sous la direction de Laurent Jalabert

La Première Guerre mondiale est de tous les conflits contemporains, celle qui a laissé le plus de traces dans l’espace public.
Les Pyrénées-Atlantiques, département le plus éloigné des zones du conflit n’échappe pas à la règle. La mémoire de la Grande Guerre y est présente et recouvre bien des représentations qui se retrouvent à l’échelle nationale. Mais elle est aussi marquée par les fortes identités régionales qui s’y affichent, dans ses deux composantes, basques et béarnaises d’abord, mais aussi dans des micros sociétés, parfois très isolées, notamment dans les vallées pyrénéennes, où l’on retrouvera des traces originales du conflit. Des monuments aux morts reproduits en série, aux pierres gravées par les bergers de la vallée d’Ossau, en passant par quelques vitraux, noms de rues, plaques, ou célébrations mémorielles, la réflexion proposée par le collectif d’auteurs oscille entre analyses classiques qui recouperont les méthodologies et interprétations connues d’une mémoire nationale incontestable et spécificités locales, qui témoignent d’une approche plus originale.
Ces particularismes ne sont pas toujours liés aux cultures régionales, ils peuvent être le fait d’engagements individuels, d’élus, d’artistes, de représentants de l’Etat, ou de simples citoyens ayant cherché à marquer leur espace environnant d’une mémoire spécifique. Cet ouvrage a été publié avec l’aide du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et de La Mission du Centenaire 14-18

Cet ouvrage est en vente aux éditions CAIRN


 

Sur le chemin de la laïcité... les protestants et l'école

Recueil des actes du cycle de conférences du Musée Jeanne d'Albret

Sommaire
 Philippe Chareyre, préface
 Anne Ruolt, Pourquoi les Ecoles du Dimanche en France au XIXe siècle ?
Gabrielle Cadier Rey, L'enseignement des jeunes filles protestantes au XIXe siècle. L'exemple de Madame Reclus à Orthez
Patrick Cabanel, Les sources protestantes de la laïcité
.

Cet ouvrage est en vente à la boutique du Musée Jeanne d'Albret 

Pour toute commande, contact[at]museejeannedalbret.com



 

 
Signé Fébus, comte de Foix et prince de Béarn
Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus
 
Sous la direction de Véronique Lamazou-Duplan
 
Gaston III, comte de Foix, vicomte de Béarn, surnommé Fébus, a forgé lui-même sa propre renommée. Il a choisi ce surnom emblématique, Fébus, l’a intégré à son cri de guerre (Febus avant !), l’a apposé sur ses manuscrits, l’a tracé dans sa signature autographe, l’a fait graver sur ses florins d’or (Febus comes) ou dans la pierre de ses châteaux (Febus me fe). Utilisées seules ou combinées, ces marques personnelles ainsi que les pièces poétiques chantées, les documents d’archives, les chroniques ont fabriqué et relayé la gloire fébusienne, participant à la fascination des contemporains pour ce prince à la personnalité ambivalente.
Dix-huit auteurs ont croisé leurs disciplines et réuni leurs compétences pour décrypter la façon dont le comte de Foix a fait résonner son surnom à travers tous les médias de son temps, selon les principes mêmes d’une communication politique, mais aussi à travers les siècles, jusqu’à nous.
Accompagné d’une très riche iconographie, cet ouvrage plonge le lecteur au cœur des domaines, des archives et des documents, certains inédits ou très rarement montrés au public, d’un des plus captivants princes du XIVe siècle.
 
24,6 x 28 cm
Broché avec rabats, 224 pages, 150 illustrations couleur
978-2-7572-0864-9
Prix public 38 €
 
Présentation et sommaire du livre sur le site Somogy Éditions d’art.
 

 

 


Huguenots et protestants francophones au Québec.

Fragments d'histoire.

 

Marie-Claude Rocher, Marc Pelchat, Philippe Chareyre, Didier Poton

 Pour toute commande, Editions NOVALYS

 


L_amitie-ecrits_du_for_priveL’amitié dans les écrits du for privé et les correspondances de la fin du moyen âge à 1914"
 
sous la direction de Maurice Daumas
 
Presses de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour. PUPPA, 343 pages, septembre 2014.
ISBN 2.35311.058.4

La querelle de l’amitié et de l’amour est un vieux débat, dont Charles Perrault a donné une interprétation d’une grande finesse, qu’on ne saurait trop conseiller à celles et ceux qui hésitent entre l’un et l’autre. Aujourd’hui, où l’amour a tous les droits, on peine à imaginer que jusqu’au XVIIIe siècle on a voué un culte à l’amitié, parée des vertus les plus élevées. C’était un devoir de la cultiver sous toutes ses formes, depuis la philia antique, sur laquelle repose le groupe social, jusqu’à l’amitié « véritable », dont la qualité est telle que les femmes, dit Montaigne, ne peuvent y accéder.
Le colloque de Pau s’est penché sur la pratique de l’amitié, à travers les mémoires, les journaux intimes et les correspondances, du XVIe au XIXe siècle. Une première partie (« Évocations de l’amitié parfaite ») est consacrée à ce modèle idéal, qui s’est épanoui à la Renaissance, mais que Montaigne et La Boétie n’ont commencé à incarner qu’à partir des Lumières. La deuxième partie (« Au cœur des relations sociales ») s’intéresse aux diverses formes de liens sociaux que génère l’amitié, depuis l’amitié duelle jusqu’aux associations fraternelles. La troisième partie (« Le sentiment et le sacré ») se penche sur les relations d’une grande diversité qu’entretient l’amitié, ce « feu sacré », avec le divin. Enfin, la dernière partie (« Amitié et écriture ») concerne ce vecteur essentiel de l’amitié que sont les correspondances, en examinant notamment celles de quelques grands écrivains.

 

 

Une amitié protestante
 
Lettres d'Eugène Casalis à Joseph Nogaret (1830-1888)
Texte annoté et présenté par Hélène Lanusse-Cazalé

Ouvrage des Editions CAIRN
 
Conservée à la Bibliothèque du protestantisme français, la correspondance ici publiée est signée de la main de l’un des plus célèbres missionnaires protestants français au XIXe siècle, Eugène Casalis. Adressées à un ami d’enfance devenu lui aussi pasteur, Joseph Nogaret, ces lettres rendent compte du destin hors-norme de cet homme, qui au terme de vingtdeux ans de missions au Lesotho, devient le directeur de la Société des Missions évangéliques de Paris. Elles renseignent sur ce que fut sa vocation, sa vie en Afrique australe, sur l’importance qu’il confère à la religion et sur les difficultés rencontrées au cours de sa carrière.
Au-delà de ces aspects strictement religieux, cette correspondance, qui couvre la majeure partie de la vie des deux correspondants, est le témoignage d’une amitié profonde. Malgré la distance et le temps, les deux hommes n’ont jamais cessé de s’écrire et développent une relation fraternelle propice aux confidences et autres secrets de correspondance.

 

 
variations autour du for priveVariations autour du for privé. Art et correspondances
 
sous la direction de Maurice Daumas
 
Presses de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour. 2014, PUPPA, ISBN : 2-35311-055-X, ISSN 2261-2300, €18.00.
 
Il est souvent dénié aux correspondances le caractère intime qui définit les écrits du for privé. Dans une perspective interdisciplinaire, il est légitime de débattre du lien qui unit ces documents choyés par les littéraires et les historiens. D’autres questions les concernent : celles des frontières qui séparent les écrits intimes de la littérature et de l’art. À quel moment l’écrit intime bascule-t-il de l’écriture ordinaire à la littérature ? Quels rapports l’expression graphique et l’expression littéraire entretiennent-ils ?
 
Ce volume rassemble les communications réalisées à l’occasion des journées d’étude organisées en 2011 et 2012 dans le cadre du programme de recherche et de publication des écrits du for privé des Pays de l’Adour dirigé par Michel Braud et Maurice Daumas. Il fait suite au volume Thèmes et figures du for privé publié en 2012, qui rassemblait les journées d’étude de 2008 à 2010.