Pour une histoire environnementale comparée : de la vallée de la Soule à la chaine pyrénéenne

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)
PDF
Vous êtes ici :

Pour une histoire environnementale comparéeDe la vallée de la Soule à la chaine pyrénéenne

Contacts : Mélanie Le Couédic, Alain Champagne

Cadre

A la suite des recherches sur la Soule débutées en 2009 (cf. programmes achevés), le laboratoire ITEM poursuit des recherches interdisciplinaires sur cette vallée, dans la longue durée, et dans une dimension comparatiste reconnue par un Accord de coopération Interuniversitaire UPPA – université de Georgie (Etats-Unis).

Cet accord a permis des mobilités de chercheurs français et américains, de doctorants (cotutelles)[1], de Master (parcours Écologie historique) des deux universités. Du côté américain, coopèrent à ces programmes Ted Gragson, Professeur en Anthropologie à Athens, chercheur associé à ITEM, aujourd’hui membre de la chaire d’attractivité de l’Université Toulouse Jean Jaurès (IDEX 2014-2018), David Leigh, Professeur en géomorphologie, et Michael Coughlan, post-doctorant anthropologue et écologue.

Ce partenariat se poursuit grâce au soutien du ministère de la Culture, côté français, de la  NSF (National Science Foundation)  côté américain et via un programme de la National Geographic Society depuis 2014[2].

Sujet

Dans le cadre de ce partenariat ont été étudiés l’articulation entre zones sensibles et parcours pastoraux, l’histoire de l’écosystème cultivé, de la biodiversité et l’impact agro-pastoral sur l’environnement et les sociétés au cours du temps (organisations sociales, enjeux fonciers, relations entre pratiques et paysage, conservations des sols et évolution du couvert forestier). Sont ainsi observées et comprises les pratiques humaines replacées dans les dynamiques historiques et environnementales : exploitation de l’environnement et des ressources, éléments structurant les paysages et des sociétés...

Les sources étudiées sont multiples : les fonds d’archives écrites et planimétriques (Moyen Âge-XXe siècle), les sources orales (collectées grâce à une relation de confiance avec les habitants et les collectivités locales), les traces archéologiques et les données paléoenvironnementales (étude pluridisciplinaire des sols - analyses géomorphologiques, pédologiques, chimiques, étude des bois - dendrochronologie et anthracologie). Au moyen d’une approche spatiale à plusieurs échelles (SIG), ces données sont analysées à l’échelle valléenne et comparées, dans un second temps, avec les dynamiques de la chaîne pyrénéenne dans le cadre du programme international DEPART.

L’équipe française a mené deux campagnes de prospections archéologiques thématiques sur les sites pastoraux d’altitude de la commune de Larrau en 2012 et 2013, suivies de  deux campagnes de sondages en 2014 et 2016 dans le but de planter des jalons chronologiques, en l’absence d’éléments datant de surface. Dans le même temps, l’équipe américaine a conduit des prospections géophysiques, des sondages à la tarière et des études de sols.

Ont  également été développées des recherches prospectives et comparatives sur l’histoire des sociétés montagnardes, caractérisées par des rythmes d’anthropisation très différents, sur leur gouvernance en relation avec l’environnement montagnard : sont ainsi confrontés deux bassins versants, l’un, le Pays de Soule, l’autre, le bassin de little Tennesse (Caroline du Nord). Parmi les résultats notables, ont été mis en évidence l’importance du système à maison dans la structuration du paysage ainsi que du bordaar et du cayolar, de même que les pulsations de l’occupation montagnarde et la richesse de la diversité biologique générée par les pratiques agropastorales, dont l’utilisation du feu pastoral. L’analyse pédologique (de sections stratigraphiques colluviales) a permis d’examiner les changements dans les sols lors de la transformation de la forêt en pâturage. Le résultat principal est la qualité des sols de pâturages par opposition aux sols forestiers, ce qui contredit les récits classiques de dégradation des paysages par l’homme ; l’activité agro-pastorale a entrainé des changements dans les sols et les paysages qui permettent au contraire leur conservation et leur durabilité.

 

 

[1] Meredith Welch-Devine, Co-gestion des milieux naturels dans les Pyrénées : Natura 2000 et la gestion des propriétés collectives basques (exemple du pays de Soule, , 2008, UPPA / PhD Univ. of Georgia.

Michael Coughlan, Fire use, landcape transition and socioecological strategies of households in the french western Pyrenees, 2013, univ. of Georgia.

[2] Fire, Society, and Holocene Landscape Evolution in the French Pyrenees Mountains, financée par le National Geographic Society's Committee for Research and Exploration, sous la direction de David Leigh.