Archives de famille en péninsule ibérique

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)
PDF
Vous êtes ici :

Archives de famille en péninsule ibérique (fin du XIIIe siècle – début du XVIIe siècle)Ce programme de recherche s’insère sur le plan scientifique dans l’axe 2 « Identités, patrimoines ».

Coordination scientifique du programme : Véronique  Lamazou-Duplan, Université de Pau et des Pays de l'Adour,  ITEM EA 3002

 

Partenaires

  • École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques / Casa de Velázquez ; contact D. Baloup
  • Universidad Nova de Lisboa / Instituto de Estudos Medievais (IEM), Centro de História de Além Mar (CHAM) ; contact Maria de Lurdes Rosa
  • Universidad del País Vasco / grupos de investigación “Sociedad, poder y cultura en el País Vasco (siglos XIV y XV)” et “Elites, redes, monarquía” ; contact Arsenio Dacosta
  • Université de Pau et des Pays de l’Adour / ITEM (EA 3002) ; contact V. Lamazou-Duplan
  • Universidad Publica de Navarra / grupo de investigación J.M. Lacarra ; contact Eloísa Ramirez Vaquero

 

Présentation

Ce programme s'intéressera, pour la péninsule ibérique (marges pyrénéennes et Portugal compris), entre la fin du Moyen Âge et la première moitié du XVIIe siècle, au phénomène de mise en archive des documents touchant l’histoire, les droits et la mémoire de familles aristocratiques (familles de la petite, moyenne et haute noblesse, familles princières et royales, mais approchées ici par le prisme de l’archive familiale), sans oublier, si les sources le permettent, les familles marchandes voire paysannes...

L’objectif n’est donc pas de restituer une histoire des familles ou des lignages à partir des archives ou de retracer seulement une histoire de ces archives, mais bien

  • de mettre en évidence les liens complexes entre ces archives et ces familles au moment de la genèse de ces fonds et dans les décennies qui suivirent,
  • d’envisager le statut et le rôle d’archives familiales constituées dans la construction des histoires, des identités et des mémoires familiales.

Pour ce faire, le programme associera les regards et les compétences de chercheurs universitaires mais aussi de professionnels des archives et du patrimoine écrit, de propriétaires d’archives privées.

Les corpus visés sont variés, donnent à voir des situations multiples mais aussi récurrentes d’une aire géographique à l’autre, d’un temps à l’autre : seront pris en compte les inventaires de titres de familles, les livres d’archive médiévaux et modernes, les mentions et descriptions de fonds et de papiers de familles constitués en archives, les noyaux les plus anciens des fonds d’archives de famille visiblement rassemblés comme tels dès la fin du Moyen Âge ou au début de la période moderne.

Les thématiques suivantes retiendront en particulier l’attention :

  • Les contextes, objectifs et enjeux d’élaboration, de réorganisation et de conservation de ces fonds familiaux :
  • commanditaire(s), fondateur(s) / réorganisateur(s),
  • contextes particuliers, enjeux : politiques, familiaux, gestion, défense des droits, construction mémorielle… Exemples d’utilisation des ces archives familiales
  • Matérialité de ces archives, aspects archivistiques :
  • Organisation matérielle : lieu(x) (inchangé(s) / transfert), personnel éventuel (notaires, chapelains…), modalités matérielle de conservation (coffres, armoires, sacs…) en lien avec les types de classements…
  • Matérialité des écrits : documents isolés, registres, inventaires, livres d’archives… Supports, graphies, ornements, reliures…

 

  • Pratiques scripturaires et culturelles :
  • Aspects diplomatiques, inventaires / cartulaires, originaux / copies / duplication qui crée un nouveau document
  • Influences (juridiques, offensive d’une autre autorité), phénomènes d’hybridation (prologues, récits insérés dans des inventaires…)
  • Mise en collection des archives, patrimonialisation en lien avec des bibliothèques, des objets…

 

Phasage des activités scientifiques

Année universitaire 2014-2015

23 - 27 mars 2015  à Madrid. Atelier doctoral de clôture du programme ARCHIFAM
coord. V. Lamazou-Duplan (UPPA/ITEM EA 3002).

Cet Atelier doctoral clôturera prochainement le programme ARCHIFAM . A côté de l’aspect purement scientifique, cette dimension pédagogique, inscrite dans le projet initial du programme, doit être particulièrement soulignée, car elle représente l’une des missions de la Casa de Velázquez.

Réservé à quinze doctorants et jeunes chercheurs, sélectionnés après appel à candidatures, cet Atelier doctoral se tiendra à Madrid du 23 au 27 mars 2015.

Alterneront des présentations synthétiques et méthodologiques, des ateliers et travaux de groupes, la visite d'un fonds particulièrement riche et prestigieux.

Télécharger le programme (pdf -260 Ko)

Lien vers le site casadevelazquez

2 et 3 octobre 2014 à Pau : "Archives de famille, matérialités et inventaires : trésor, arsenal, mémorial"

La façon et les raisons pour lesquelles les archives de famille étaient inventoriées retiendront ici l’attention, tant pour la péninsule Ibérique que pour le piémont pyrénéen, entre Moyen Âge et modernité.

Les inventaires anciens d’archives, plus nombreux qu’on ne le croit, instruments de travail ou registres de prestige, témoignent de l’organisation matérielle des fonds alors constitués, ordonnés d’une certaine manière
(sacs, coffres, armoires, pièces et personnel dédiés…), et ce, pour gouverner, affirmer et défendre son pouvoir, construire une mémoire.(..)

Télécharger le programme (pdf - 677 Ko)

 

6-7 mars 2015 à Gérone "Archives de famille. Écritures familiales : patrimoine et documentation"

Télécharger le programme (pdf - 909 Ko)

 

Année universitaire 2013-2014

Automne 2013 : journée d’étude à Pampelune, coorganisée par l’UPNA et l’UPPA (1 jour)

Télécharger le programme (pdf - 498 Ko)

 

 

 

 

 

 

20 au 22 juin 2014 à Lisbonne : "Les structures documentaires et familiales. Logique de production et de conservation"

Télécharger le programme (pdf - 631 Ko)

 

Année universitaire 2012-2013 :

Un séminaire s'est déroulé à Madrid, à la Casa de Velázquez les 4 mars, 15 avril et 6 mai 2013. Ce séminaire a permis à la fois de proposer des pistes de réflexion et des cadres méthodologiques à partir d’exemples de travaux déjà menés ou en cours

 

Valorisation de la production scientifique

Un site dédié au programme est ouvert sur le site de la Casa de Velázquez.

Les étudiants des universités transfrontalières (UPPA – UPNA – UPV) seront associés aux journées d’études (mobilité transfrontalière dans le cadre de leur formation en Licence, Master, Doctorat)

Le contenu des séminaires sera déposé en littérature grise (sous forme de résumé ou du texte brut de la communication) sur le site dédié au programme qui sera hébergé sur le site de la Casa de Velázquez

Les séminaires et journées d’étude feront l’objet d’une publication au bout de deux ans. Il est envisagé de proposer cette publication sous forme d’un dossier thématique à une revue scientifique bien indexée.

Le colloque donnera matière à un livre édité par la Casa de Velázquez, avec constitution d’un comité de lecture.

À l’échelle de l’UPPA, l’étroite collaboration mise en œuvre avec les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques s’inscrit dans le processus de valorisation de la documentation patrimoniale conservée dans les « Titres de la famille royale de Navarre ».

 

Pour l’UPPA : le corpus envisagé / chercheurs d’ITEM impliqués

Les chercheurs d’ITEM pourront mettre à profit une expérience déjà partagée avec les ADPA et l’UPNA dans le programme sur les cartulaires des rois de Navarre. Les archives de la famille royale de Navarre sont conservées de part et d’autre des Pyrénées, aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ADPA) et à l’Archivo Real y General de Navarra qui collaborent depuis quelques années déjà et qui ont déjà été pleinement associés à des programmes et études passés ou en cours. Cette collaboration se poursuivra ici. Des archives de familles nobles, par exemple celles de Basse-Navarre, peuvent aussi être considérées à partir de fonds conservés à l’heure actuelle des deux côtés des Pyrénées. La participation de l’université du Pays Basque (UPV) contribuera à élargir cette approche comparée des deux côtés des Pyrénées, pays basque inclus.

Les ADPA conservent à l’heure actuelle une fort belle série d’inventaires de titres de la famille royale de Navarre (dit Trésor des chartes de Pau). Ces fonds constitués pour certains d’entre eux dès le Moyen Age pourront être mis en relation avec les fonds conservés à Pampelune, avec le noyau le plus ancien des archives des rois de Navarre.

Ils apparaissent notamment à travers les rubriques suivantes :

  • Les inventaires des archives déposées au Château de Pau

Ils sont du XVIIe siècle (E1 (1609) à E9 (1688), en particulier) mais sont précédés par un inventaire dressé en 1533 (1J290) déjà un peu étudié à l’occasion du programme cartulaires entre UPPA et UPNA (A. Goulet et S. Herreros Lopetegui).
D’après les premiers examens, il semble d’autre part pertinent de comparer l’inventaire 1J290 (1533) et E1 (1609) aux inventaires postérieurs du XVIIe siècle (1686-1689) car ces derniers sont plus complets : pourquoi au XVIe siècle n’a-t-on pas pris en compte des documents médiévaux qui existaient et que l’on retrouve dans les inventaires de la fin du XVIIe siècle ? Contexte particulier de la rédaction de l’inventaire de 1609 (Ph. Chareyre) ?

  • Inventaire de la maison de Foix, Foix-Béarn :

E 391 (début XVe siècle) et E 392 (mi XVe siècle): ces deux inventaires ont été réalisés sous la houlette de Michel de Bernis. E 392 a déjà été un peu étudié (surtout pour la chronique de 26 folios qui l’ouvre). Son étude ainsi que celle de E 391 pourra être approfondie (V. Lamazou-Duplan aidée de D. Bidot-Germa).
E 393 1405 Inventaire des archives du château de Castelbon (Moncade) : cet inventaire est en cours de transcription par JP Barraqué.

Cette série d’inventaires sera au cœur de l’étude qui s’ouvre pour trois années, d’autant qu’elle ouvre à plusieurs reprise vers la péninsule ibérique. Au fur et à mesure des dépouillements et des chercheurs disponibles, d’autres fonds familiaux pourront aussi être abordés par des chercheurs liés à l’UPPA.

Une base de données pourra être réalisée (analyses, transcriptions, cartographie ; pour ce dernier point, aide de T. Van de Weghe et de M. Le Couédic). La valorisation de ces documents se fera en lien avec les ADPA et éventuellement avec des programmes français du même type (pistes ouvertes), le programme peut avoir vocation à s’élargir de ce point de vue. La réponse des financeurs permettra de paramétrer plus ou moins largement ces activités.

 

Mise à jour septembre 2014

Véronique Lamazou-Duplan