Joseph Peyré

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)
PDF
Vous êtes ici :

Joseph Peyré (1892-1968) Le Béarn pour racines, l’horizon pour destin

La SSLA de Pau et du Béarn a le plaisir de vous inviter à la conférence de Pierre Peyré et Christain Manso

« Joseph Peyré (1892-1968). Le Béarn pour racines, l’horizon pour destin »

 

Mercredi 13 décembre 2017 à 16 h

Médiathèque André-Labarrère,

place Marguerite de Navarre à Pau

 Derrière la formule qui traduit la fidélité à son village et évoque autant de voyages romanesques, c’est tout un écrivain qu’il est agréable de découvrir ou de retrouver : « Il est l’homme de ses livres », disait de lui Francis Carco.

Béarn, Pays Basque, Espagne, Maghreb, Sahara, Provence, Amériques, Alpes, Himalaya… Peyré dans sa soif de l’ailleurs, c’est tout le paradoxe de l’émigrant qui ne quitte sa terre que pour mieux y revenir : « Le Béarnais d’Aydie comme les hommes et les femmes de sa race  a horreur de se laisser enfermer. Aussi bien dans les conventions que dans les limites par définition étroites d’un seul paysage, d’une seule émotion. Il lui faut l’espace, le rêve, l’évasion. » (André Labarrère, Catalogue de l’exposition du Centenaire, Bibliothèque Municipale de Pau, 1992).

C’est à la rencontre de cet écrivain voyageur et témoin de son temps, Prix Goncourt 1935, que deux conférenciers nous conduisent aujourd’hui. Tous deux universitaires et membres de l’Académie de Béarn, ils vont, complémentairement et chacun à leur manière, nous mener d’Aydie à Aydie :

Pierre Peyré, présentera un film sur la vie et l’œuvre de son oncle Joseph Peyré (film de 20 minutes réalisé par Dominique Gauthier, texte dit par Jacques Dufilho) ;

Christian Manso s’inspirera, lui, de la toute première œuvre de l’écrivain, une plaquette de poésie en prose intitulée « Sur la Terrasse », pour attribuer à Pau et à son célèbre boulevard des Pyrénées une influence inspiratrice dans les élans exotiques de l’enfant du pays, tels qu’ils se répercutent d’un bout à l’autre d’une œuvre où dominent l’action et l’émotion.